29.11.17

Macron se comporte en « colon cool » au Burkina, la jeunesse lui répond dans la rue


Suivant la tradition des hommes d’État français, Macron a exposé un discours colonialiste et impérialiste au Burkina Faso, au milieu de manifestations et répression contre sa venue. La veille, un véhicule de l’armée française avait été visé par une attaque. Trois civils ont été blessés.
Philippe Alcoy et Meven Jouan

Dans le groupe Onet on licencie les victimes de harcèlement sexuel


Après cinq ans de lutte H. Reinier a été condamnée pour harcèlement sexuel, harcèlement moral et discrimination. Cela met en lumière les pratiques humiliantes contre les travailleuses que l’entreprise permet aux chefs d’équipe. Le patronat peut cependant encore faire appel.
Philippe Alcoy

Léon Trotsky : thèses sur la révolution et la contre-révolution (1926)


A l’occasion du centenaire des la Révolution d’Octobre, nous reproduisons ci-dessous un texte de 1926 où Trotsky analyse les dynamiques de la révolution et de la contre-révolution, les forces sociales, à l’intérieur de la classe ouvrière et du prolétariat, qui favorisent soit la restauration, soit la révolution, soit la bureaucratisation.

Philippe Alcoy

20.11.17

Murió Daniel Viglietti. Voz, poesía y compromiso




Milonga de andar lejos. Y es de andar lejos que uno a veces se entera con retraso. Y es con retraso que me enteré de la triste noticia de la muerte del enorme cantante uruguayo Daniel Viglietti. Fue el último 30 de octubre.
  
Philippe Alcoy

15.11.17

L’Arabie Saoudite va-t-elle attaquer le Liban ?


Après la démission du premier ministre libanais Saad Hariri, visiblement imposée par ses sponsors saoudiens, et des déclarations enflammées des responsables gouvernementaux saoudiens, beaucoup se demandent si la pétromonarchie du Golfe ira jusqu’à déclencher une agression armée contre le Liban.
Philippe Alcoy

Christian Rakovsky : Les dangers professionnels du pouvoir et la bureaucratisation de l’URSS (1928)


A l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre, nous reproduisons ci-dessous l’excellent texte de 1928 du dirigeant bolchévik Christian Rakovsky, « Les dangers professionnels du pouvoir ». Celui-ci a été l’un des textes les plus importants de l’Opposition de Gauche pour analyser la dégénérescence bureaucratique de l’Union Soviétique.
Christian Rakovsky dans ce texte de 1928 fait une analyse sur la dégénérescence bureaucratique de l’Union Soviétique. Et cela aussi bien au sein de l’appareil d’État que dans le parti Bolchevik. Cette courte analyse était pour Léon Trotsky ce qui avait « été écrit de mieux sur ce sujet ».

L’un des points sur lesquels Rakovsky s’appuie pour analyser la bureaucratisation de l’URSS c’est l’accroissement des inégalités sociales, liées à la fonction de l’individu dans l’appareil : « Dans un État prolétarien, où l’accumulation capitaliste est interdite aux membres du parti dirigeant, cette différenciation commence par être fonctionnelle, par la suite elle devient sociale. Je ne dis pas de classe, mais sociale. Je pense ici à la position sociale d’un communiste qui dispose d’une voiture, d’un bon appartement, de vacances régulières, et qui perçoit le salaire maximum autorisé par le parti. Sa position diffère de celle du communiste qui travaille dans les mines de charbon et qui reçoit un salaire de 50 à 60 roubles par mois ».

Rakovsky évoque ensuite les contradictions que la prise du pouvoir ouvre pour la nouvelle classe arrivée au pouvoir. La classe arrivée au pouvoir doit apprendre à gouverner. Cela est évidemment vrai aussi pour la classe ouvrière qui n’a pas l’expérience de gouverner mais cela s’était posé aussi pour la bourgeoisie révolutionnaire en France en 1789.

C’est à partir de là que Rakovsky fait un parallèle entre la dégénérescence du régime jacobin et la dégénérescence bureaucratique en URSS. Lors de la révolution bourgeoise une fraction de cette classe, « une oligarchie dirigeante faite de fonctionnaires » selon ses mots, s’est spécialisée et séparée de la classe dirigeante, « des fissures s’y produisirent qui allaient se transformer en gouffres béants sous la pression accrue de la contre-révolution. Cette contradiction eut pour résultat d’engendrer une lutte dans les rangs même de la classe dominante ».

Cette évolution a vu peu à peu les éléments les plus à gauche du régime jacobin être supprimés et l’activité révolutionnaire des masses limitée jusqu’à la faire disparaître également.

Cependant, pour Rakovsky « il serait ridicule d’attribuer [à] la chute de Robespierre (…) la défaite de la démocratie révolutionnaire (…) Mais il accéléra, sans aucun doute, l’action d’autres facteurs. Parmi ceux-ci, le plus déterminant tenait aux difficultés de ravitaillement dues, en grande partie, à deux années de mauvaises récoltes (et aux perturbations engendrées par la transformation de la grande propriété féodale en petite exploitation paysanne) et au fait que, face à une hausse constante des prix du pain et de la viande, les Jacobins ne voulurent pas, au début, recourir à des mesures administratives pour réprimer l’avidité des paysans riches et des spéculateurs ».

En URSS, les inégalités sociales et la misère, à l’image de ce qui se passait en France à la fin du XVIII siècle, alimentaient le mécontentement des ouvriers. L’attitude mensongère et méprisante de la bureaucratie stalinienne à son tour ne faisait qu’alimenter cette haine ouvrière et en même discréditait la dictature du prolétariat. Ainsi, « Molotov peut, aussi souvent qu’il le voudra, mettre un signe d’égalité entre la dictature du prolétariat et notre État avec ses déformations bureaucratiques (…) Ce faisant il ne réussit qu’à discréditer la dictature du prolétariat sans désarmer le légitime mécontentement des ouvriers ».

Le texte de Rakovsky est très riche et son analyse très profonde sur les causes profondes de la dégénérescence de la révolution. Dans son excellent travail sur la dégénérescence de l’URSS, « La révolution trahie », Léon Trotsky fait une revendication importante du texte de Rakovsky, le citant à plusieurs reprises.

Trotsky et Rakovsky étaient amis depuis longtemps. Ce denier était bulgare et avait joué un rôle fondamental dans la fondation de la social-démocratie en Roumanie et en Bulgarie. Trotsky parle de lui également dans ses textes sur les guerres balkaniques de 1912-1913.

Rakovsky sera exécuté par le stalinisme en 1941. Quelques années avant sa mort, le stalinisme le poussera à renier ce qu’il avait écrit en 1928. Mais comme le signalera Trotsky dans la Révolution Trahie : « Il est vrai que Rakovsky, brisé par la répression bureaucratique, a par la suite renié ses critiques. Mais le septuagénaire Galilée fut contraint, dans les tenailles de la Sainte Inquisition, d’abjurer le système de Copernic, ce qui n’empêcha pas la terre de tourner. Nous ne croyons pas à l’abjuration du sexagénaire Rakovsky, car il a lui-même fait plus d’une fois l’analyse impitoyable d’abjurations de ce genre. Mais sa critique politique a trouvé dans les faits objectifs une base beaucoup plus sûre que dans la fermeté subjective de son auteur ».

8.11.17

Arabie Saoudite. Purge géante et concentration du pouvoir inouïe


Il ne s’agit pas d’une simple « querelle » de palais. 11 princes, 4 ministres, plusieurs ex-ministres et des hommes d’affaires arrêtés lors d’une « opération anti-corruption ». En réalité, la tentative la plus importante de concentration du pouvoir dans le régime saoudien des derniers 80 ans.
Philippe Alcoy

7.11.17

John Reed : quand les ouvriers commandaient les généraux au front


A l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre 1917, nous reproduisons ci-dessous un extrait du livre du journaliste et militant révolutionnaire nord-américain John Reed (1887-1920), "Les dix jours qui ébranlèrent le monde".
« Je voudrais que ce livre soit répandu à des millions d’exemplaires et traduit dans toutes les langues, car il donne un tableau exact et extraordinairement vivant d’évènements qui ont une si grande importance pour comprendre ce qu’est la révolution prolétarienne, ce qu’est la dictature du prolétariat ». Ces mots ont été écrits en 1919 par Lénine dans l’une des préfaces du livre de John Reed.

Et ces mots décrivent effectivement la profondeur de cet ouvrage. Nous reproduisons ci-dessous un passage qui exprime comment la classe ouvrière avançait vers la victoire ; le lecteur est amené peu à peu à découvrir comment s’exprimait la dictature du prolétariat au front, malgré le fait que dans la forme certains éléments pouvaient sembler paradoxaux pour un observateur peu attentif.

John Reed avait été envoyé en Russie par le journal socialiste The Masses en 1917 pour couvrir la révolution. Cependant, ce journal refusera de publier ses articles. C’est Max Eastman qui acceptera de publier les articles de Reed dans son journal, The Liberator. Reed avait également couvert la révolution mexicaine de 1917. En 1916, il avait publié un livre en Angleterre et aux Etats Unis sur la guerre dans les Balkans, à la veille de la révolution russe.

John Reed est mort en 1920 de typhus à Moscou, après s’être rendu au congrès des peuples d’Orient à Bakou (Azerbaïdjan). Des funérailles officielles ont été organisées sur la Place Rouge pour rendre hommage à ce grand journaliste révolutionnaire et internationaliste.

6.11.17

Conséquences de la Révolution d’Octobre, de sa dégénérescence et de la restauration capitaliste sur les rapports de genre et de classe


Ci-dessous un article écrit en 2009 à l'occasion du vingtième anniversaire du début du processus de restauration capitaliste dans l'Union Soviétique sur les conséquences que ce processus y a eu sur les rapports de genre et de classe. Pour le centenaire de la Révolution d'Octobre, cet article aborde un autre aspect de l'histoire de la Révolution.

Philippe Alcoy

4.11.17

A propos du dernier article de Lutte Ouvrière sur la situation en Catalogne


Les semaines passent, la répression de l’Etat central s’accentue contre le mouvement démocratique pour l’indépendance de la Catalogne, et Lutte Ouvrière continue à tenir une position politique inconsistante et intenable, se couvrant derrière un discours abstrait et incantatoire sur « l’unité de la classe ouvrière » mais, de fait, défendant le statu quo.
Philippe Alcoy