17.1.17

Entre protectionnisme et vulgaire xénophobie, Trump parle de l’Union européenne




Philippe Alcoy

Lundi, les déclarations de Donald Trump sur l’Union européenne faisaient la Une des principaux journaux internationaux. C’était la première fois qu’il s’adressait aussi directement à l’Union européenne et notamment à l’Allemagne, depuis qu’il a été élu président des États-Unis. Ses propos ont été particulièrement agressifs à l’égard de l’Allemagne. Mais Trump pourra-t-il aller au-delà de ses déclarations ?

12.1.17

L’Amérique d’abord, les conflits ensuite


Philippe Alcoy

« Make America great again  », « America first ». Il y a longtemps que le discours d’un président de la principale puissance mondiale n’avait pas été aussi ouvertement nationaliste. Et la traduction économique de cette soi-disant opposition aux politiques du « libre marché internationalisé » s’appelle protectionnisme. Et celui-ci, appliqué par une puissance impérialiste, provoque inévitablement des frictions, aussi bien avec ses partenaires-concurrents qu’avec les pays soumis à sa domination.

10.1.17

Mexique. Des milliers dans les rues contre le « gasolinazo » de Peña Nieto



Philippe Alcoy
 
« Qu’est-ce que vous auriez fait à ma place ? ». C’est surtout cette petite phrase que l’on a retenue du discours de près de huit minutes du président mexicain Enrique Peña Nieto, adressé à tout le pays vendredi dernier pour convaincre que sa mesure antipopulaire relevait du « bon sens ». Rien n’y a fait. Entre moqueries et profond mécontentement, les travailleurs et les classes populaires du Mexique ont intensifié les manifestations ce week-end contre l’augmentation de 20 % du prix de l’essence.

7.1.17

Schisme yougoslavo-soviétique. Une rupture avec Staline, pas avec le stalinisme

Philippe Alcoy (version en PDF ici)
 
Même si dès le début de la lutte contre les occupants nazis il y a eu toute sorte de frictions, « malentendus » et divergences entre la direction du Parti Communiste de Yougoslavie et l’URSS, jusqu’en 1948 (et même au-delà) Tito et ses compagnons sont restés fidèles à la ligne politique dictée par le Kremlin. Ce n’est qu’à partir de la rupture en 1948 entre Staline et Tito que ce que l’on appelle « le titisme » apparait comme phénomène politique. D’ailleurs, « l’ampleur et la durée de la polémique publique entre la presse yougoslave d’une part et la presse des partis communistes menée par les journaux soviétiques d’autre part, allait confirmer que la rupture entre Staline et son, jusque là, meilleur lieutenant Tito était un évènement majeur de l’immédiat après-Seconde Guerre Mondiale »[1].

2.1.17

L’attentat d’Istanbul expose les risques de l’engagement d’Erdogan en Syrie



Philippe Alcoy

Un nouvel attentat a frappé la Turquie. 39 morts et plus de 60 blessés le soir du Nouvel An dans une boite de nuit à Istanbul. Alors que l’auteur est toujours en liberté, Daesha revendiqué l’attaque. Cette nouvelle tuerie barbare vient couronner une année tragique dans le pays, entre attentats terroristes et tournant autoritaire du gouvernement de Recep Erdogan. Cependant, avec l’intensification de l’engagement militaire turc en Syrie et en Irak, la situation promet de s’aggraver.

31.12.16

Au diable Schengen. Anecdotes des moyens de transport pour les pauvres




La route est longue. Et on peut dire que le voyage est assez inconfortable. En réalité, on doit surtout dire ça. Il ne faudrait pas être très grand. Il ne faudrait pas avoir quelques kilos en trop. Il ne faudrait pas avoir mal de dos... En réalité, on en sort avec mal au dos. Et au cou. Et aux jambes. Et aux bras. 


On essaye de dormir dans ces petites places. Petites sont les places en effet, mais il n'en reste pas une de libre. Car si les pauvres ne voyagent pas, quand ils voyagent c'est ainsi que cela se passe. Mais au moins on nous met un film. Belmondo joue le héros français en Allemagne nazi. Le film est très mauvais en réalité ; à prendre les gens pour des idiots.


Noël. Nouvel an. C'est la fête. C'est le retour depuis quelque part en Europe centrale. Xénophobie aidant, c'est trop louche que parmi c'est relégués il n'y ait pas de "passager clandestin". On s'arrête. Contrôle de passeports, au diable Schengen.


Le film avec Belmondo était mauvais certes. Mais on y voyait un contrôle de passeports à bord d'un train par des officiers allemands. "Passeport control" annonce le conducteur. Les lumières s'allument réveillant tout le monde. Les bruits de ronflements laissent la place aux murmures. Un policier allemand monte. Il descend avec un passeport douteux. Il revient avec le passeport douteux. Tout va bien. Avant de partir il dit "happy new year". Et une partie du bus répond en chœur "happy new year". J'avais juste envie de lui dire: "fuck you!". Mais j'ai préféré essayer de me rendormir.

23.12.16

Crimes de guerre en Syrie. Réelle recherche de justice ou contre-attaque des occidentaux à l’ONU ?



Philippe Alcoy
 
Mercredi dernier, l’assemblée générale des Nation Unies a adopté une résolution permettant la mise en place d’un groupe de travail pour enquêter sur les crimes de guerre en Syrie. Alors que la Russie est en train d’organiser des discussions pour trouver une soi-disant « solution politique » à la crise en Syrie, excluant les puissances occidentales, notamment les Etats Unis, on peut se demander si cette résolution relève d’une vraie volonté de rendre justice aux victimes de la guerre ou d’une simple manœuvre en réponse à Poutine.

22.12.16

Poutine est en train de gagner en Syrie et entend « humilier » les Etats Unis


Philippe Alcoy

Mardi les ministres des affaires étrangères de la Russie, de la Turquie et de l’Iran se sont réunis à Moscou pour discuter de la situation en Syrie et essayer de trouver une « solution politique » à la guerre. Cette réunion confirme le rapprochement entre le gouvernement de Poutine et celui d’Erdogan, notamment après l’assassinat de l’ambassadeur russe lundi à Ankara. Mais cette réunion avait également un caractère assez surprenant : l’ONU et notamment les Etats Unis en ont été complètement exclus. Une vraie humiliation pour l’administration Obama sur la fin de son mandat.

Crise politique en Pologne. Le parlement est occupé


Philippe Alcoy
 
La Pologne connait des tensions politiques depuis plusieurs semaines. Mais la crise a connu un saut vendredi dernier quand les députés de l’opposition ont occupé le parlement et des manifestants se sont rassemblés à l’extérieur spontanément contre une nouvelle mesure antidémocratique. Malgré le recul partiel du gouvernement ultraconservateur, la crise continue et s’approfondit dans un pays fortement polarisé.

19.12.16

Que faut-il attendre de la résolution de l’ONU sur les réfugiés d’Alep ?


Philippe Alcoy

Lundi 19 le Conseil de Sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité une résolution permettant de déployer des observateurs pour surveiller l’évacuation des civils des zones en conflit, notamment à Alep-Est et dans des villages chiites assiégés par les forces « rebelles ». La résolution de l’ONU pourra-t-elle vraiment garantir l’évacuation en toute sécurité des civils des zones de guerre ? Rien n’est moins sûr.