9.2.16

Scandaleux : un jeune autiste en crise tué par la police aux États-Unis


Philippe Alcoy

Kayden Clarke s’était fait connaitre l’année dernière en postant une vidéo de lui en pleine crise dans laquelle son chien le « consolait » jusqu’à ce qu’il se calme. La vidéo avait fait le tour de la planète à travers les réseaux sociaux notamment. Mais quel contraste entre ces images de tendresse d’un animal en train de calmer son maitre, atteint du syndrome d’Asperger, dans une situation de souffrance, et la terrible et révoltante nouvelle, un an plus tard, de l’assassinat de cette même personne par la police, alors elle traversait une nouvelle crise !

« On s’est senti menacé », déclarent les policiers. « Ils ont tiré et tué un autiste de 24 ans, un individu atteint d’une maladie mentale, auquel ils étaient habitués à avoir à faire et étaient au courant de ses besoins spéciaux », réplique sa mère.

En effet, dimanche soir la police d’Arizona est appelée pour un cas de risque de suicide. Quand elle arrive à l’appartement Kayden Clarke, jeune autiste trans, les agents lui tirent dessus car, selon leur témoignage, il s’avançait vers eux avec un couteau. Mais selon la mère de Kayden, « avant que la police n’arrive [il] ne posait aucune menace. Et la police est rentrée dans son propre logement ». L’enquête est toujours en cours.

Il n’y a effectivement aucune excuse pour un tel crime. L’assassinat de Kayden par la police est profondément révoltant car il est le résultat d’une combinaison entre la « liberté de tuer », dont la police nord-américaine fait régulièrement usage, notamment contre les Noirs et les pauvres, et la criminalisation des malades mentaux en les faisant passer pour des personnes dangereuses pour la société.

Dans une interview de juin 2015 au Huffington Post, suite à sa vidéo avec son chien, Kayden expliquait que c’était lui qui avait dressé le chien à l’assister dans ses moments de crise. Il avait posté la vidéo car il voulait aider les autres autistes dans leurs moments de crise : «  la raison pour laquelle j’ai posté cette vidéo c’est parce que l’adulte [que tu pourrais voir] à même le sol en train de donner des coups de pieds et en train de crier et ce gamin dans un magasin en train de pleurer pour un jouet [sont en train de vivre quelque chose qu’ils ne peuvent pas contrôler] (…) L’enfant dans le magasin n’a pas besoin d’une claque ou d’une discipline plus ferme. Sa colère c’est quelque chose qu’il ne peut pas contrôler ».

Le meurtre de Kayden est d’autant plus révoltant que, lors des crises, les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ou d’autres maladies mentales ont plutôt tendance à s’auto-flageller et non à être violents contre autrui. Ici ce sont les policiers qui ont agi sauvagement. Alors, qui est la vraie menace ? Où est le vrai problème, le vrai danger pour la société ? Surement pas les personnes atteintes de maladies mentales…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire