8.12.15

Diesel, la chienne flic est morte. Vive Loukanikos, le chien manifestant


Philippe Alcoy
Publié le 20 novembre 2015
 
« Les chiens aboient !
Les chiens aboient !
La caravane passe…
La caravane passe…
Elle n’a pas le temps de ralentir
Tu peux continuer à me trahir
Je sais que je vais mourir
Mais de ma tombe je vais te haïr
Oui de ma tombe je vais te haïr »
Alpha Blondy, « Les chiens ».

La chienne Diesel est morte. « Morte en héroïne » d’après certains. Ils étaient 35.000 à avoir signé la pétition demandant que la « chienne flic » soit récompensée avec une médaille posthume. Le hashtag #JeSuisChien était en Trending Topic mercredi sur Twitter. La Russie a même communiqué ses condoléances et a offert un chiot à la France pour compenser la perte de Diesel.


En effet, on est mercredi. Les forces spéciales lancent l’assaut contre les supposés commanditaires des attentats de vendredi 13. La chienne d’assaut du RAID est envoyée tâter le terrain et fonce dans l’appartement où se retranchaient les djihadistes. Mais elle sera abattue sur le coup.

Une situation surréaliste. Beaucoup de débats ont eu lieu sur les réseaux sociaux. Certains revendiquent Diesel. D’autres considèrent un manque de respect vis-à-vis des victimes humaines lors des attentats. D’autres encore ont préféré traiter de façon humoristique la question. C’est ainsi que des photos d’Abu Waf Waf, le chien djihadiste, ou du chat Abu Miaou revendiquant « l’attentat » contre Diesel ont également circulé sur les réseaux sociaux.

 

Chiens d’assaut, une arme de guerre


Blague à part, ce débat, ces déclarations et cérémonies autour de la mort de la chienne Diesel lui attribuant des caractéristiques humaines comme le « héroïsme » (comme si elle en avait conscience) expriment en réalité une opération idéologique visant à légitimer et rendre populaires les forces répressives de l’État.

Loin de l’image du « chien meilleur ami de l’Homme », du compagnon des enfants et cette compagnie parfois fondamentale de personnes solitaires et en difficulté comme les SDF, Diesel n’était pas une chienne « comme les autres ». Elle constitue en effet une véritable arme. Arme d’attaque, instrument de répression.

Ces chiens sont méticuleusement entraînés, strictement sélectionnés. Parmi leurs compétences on trouve un « bon mordant », c’est-à-dire savoir faire une prise ferme et définitive, ne jamais lâcher, même en cas de bruit de voiture, ou de coups de feu ; agressivité « contrôlée et dirigée » ; sécurisation du parcours du président de la République ; participation aux interpellations à domicile le matin, ou pour des forcenés qui « veulent en découdre ». Par contre, ils ne sont pas utilisés lors des prises d’otages « afin de ne pas confondre preneur d’otages et otages ».

Les exploités ont leurs propres chiens héros : vive Loukanikos !

 


La pauvre Diesel n’a pas choisi de devenir une arme de la police. Cependant, il est hors de question pour nous de nous joindre à « l’émotion » après sa mort lors de l’assaut à Saint-Denis.
Mais dans une situation qui relève parfois du surréalisme, voire le dépasse, il est bien d’y trouver ses propres repères. En ce sens, nous avons beaucoup regretté la disparition en 2014 de Loukanikos, le chien manifestant. Il s’était fait remarquer dans la période la plus haute de la lutte contre l’austérité et la Troïka en Grèce. La revue nord-américaine Times l’a même présenté comme l’une des « personnalités » de l’année 2011. Loukanikos était toujours au milieu des manifestants, au milieu de la répression, des gaz de la police. Mais toujours du bon côté de la barricade. Et cela est essentiel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire