1.5.15

Soldats français de l’Opération Sangaris accusés d’abus sexuels sur mineurs



Philippe Alcoy
Source: CCR du NPA
 
Le journal britannique The Guardian a révélé mercredi 29 avril qu’un employé de l’ONU, le suédois Anders Kompass, a été suspendu de ses fonctions la semaine dernière pour avoir envoyé aux autorités françaises un rapport interne secret concernant des abus sexuels sur des mineurs en Centrafrique de la part de soldats français.


Les faits se seraient produits dans un camp de réfugiés dans la capitale centrafricaine, Bangui, entre décembre 2013 et juin 2014. Selon The Guardian, on trouve dans le rapport des témoignages d’enfants abusés, l’un d’entre eux n’a que 9 ans. Certains affirment avoir dû avoir des rapports sexuels avec les soldats français en échange d’argent ou de nourriture, d’autres déclarent avoir été violés par les soldats. Il n’y a aucun doute que ces cas révélés ne sont qu’une infime minorité de tous les cas d’abus sexuels dont sont victimes les mineurs de la part de troupes étrangères dans le pays.

Anders Kompass déclare avoir envoyé le rapport aux autorités françaises face à l’inaction de l’ONU. Sa suspension postérieure, au-delà du prétexte sur la violation des procédures, montre l’hypocrisie de l’ONU et son rôle néfaste dans la dissimulation des crimes des troupes des armées impérialistes et d’occupation dans différents pays à travers la planète.

Une conséquence directe de la politique guerrière de la France

 

Mais ce scandale ne relève pas simplement d’actes isolés de soldats individuels mais de la conséquence directe d’une politique guerrière de l’impérialisme français qui s’est accéléré avec la crise économique mondiale et l’éclatement des processus de révolutions arabes. Sur ce point la politique aussi bien de Sarkozy, qui a conduit l’intervention impérialiste en Libye, que celle de Hollande, qui depuis qu’il est arrivé au pouvoir est intervenu militairement au Mali, en Centrafrique et en Syrie, ne diffèrent pas d’un poil.

Cette politique militariste de la France n’est pas près de s’arrêter. Au contraire, c’est une nécessité pour le capitalisme français que d’assurer sa domination géopolitique et économique sur les territoires qu’il considère traditionnellement comme son « arrière-cour », c’est-à-dire l’Afrique du Nord et de l’Ouest. L’exploitation de la main d’œuvre bon marché, de nouvelles sources de matières premières non encore exploitées et même l’obtention de nouveaux contrats pour ses multinationales comme cela a été le cas en Libye pour Total, sont des éléments fondamentaux pour l’impérialisme français notamment dans un contexte de crise économique mondiale.

L’ironie du destin a fait qu’au moment où l’on révélait le scandale d’abus sexuels compromettant des soldats français, Hollande annonçait une augmentation de 3,8 milliards d’euros pour le budget de la Défense d’ici 2019. Et cela à un moment où l’on coupe le budget de la santé, de l’éducation et que l’on privatise des services publics fondamentaux pour la population.

Les puissances impérialistes centrales comptent avec le soutien et la collaboration de l’ONU pour camoufler sous l’appellation de « mission humanitaire » les vraies intentions de leurs interventions militaires : contrôler des aires entières de la planète pour garantir les profits de leurs multinationales. Pour ce faire, peu leur importe de violer les droits les plus élémentaires des populations locales. Ce scandale d’abus sexuel dissimulé par l’ONU n’est qu’une preuve de plus de l’arrogance et de l’impunité de ces puissances.

29/4/2015.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire